Podcast

Equity Stories #8 : Evaneos x Equify

Éric revient sur la période compliquée de la pandémie, dont il a su tirer profit et permettre à Evaneos de sortir renforcée de la crise.


Pour cet épisode, conversation avec Eric La Bonnardière, CEO et co-fondateur d’Evaneos. 

Evaneos a révolutionné le monde du voyage. Sa marketplace met en avant des expériences de voyages conçues directement par des agences locales, évitant ainsi tous les intermédiaires.

L’entreprise a connu une ascension fulgurante et, forte de ses succès, a intégré le fameux NEXT40 en 2019.

Un an après, en 2020, comme toute l’industrie du tourisme, Evaneos a été lourdement impactée par le covid et a vu son chiffre d'affaires tomber à zéro en quelques jours. Éric revient sur cette période compliquée, dont il a su, avec Yvan son associé de toujours, tirer profit pour permettre à Evaneos de sortir renforcée de cette crise. Ils ont su convaincre et garder le soutien de l'ensemble des membres de leur cap table, investisseurs comme salariés.

Un très bel épisode qui illustre parfaitement l’une des qualités les plus importantes pour tout entrepreneur : la résilience.

 

Ce qu'il faut retenir :

 

▶️ L’apparition de l’actionnariat salarié chez Evaneos :

  • En 2010, en recrutant leur premier profil "expérimenté", ils ont cherché comment retenir l’attention des meilleurs talents. Ils se sont donc tourné vers l’actionnariat salarié,
  • Les BSPCE leur sont rapidement apparus comme le bon outil en France,
  • Ils ont ensuite répliqué le processus plusieurs fois mais de façon ciblée pour d’autres candidats (membres du comité de direction).

 

▶️ L’equity chez Evaneos aujourd’hui :

  • En 2018, avec 150 salariés, ils ont mis en place une campagne d’attribution globale,
  • Le geste d’associer un salarié au bénéfice global a été totalement intégré à la culture d’Evaneos de "l'aventure commune”,
  • Chaque employé qui valide sa période d’essai se voit attribuer des BSPCE,
  • L’attribution se fait en fonction de grilles (critères de séniorité, de “rareté” des profils, etc) et ça marche très bien.
  • Les fondateurs ont fait le choix particulier d’attribuer une grosse quantité de BSPCE par "événement" et non par attribution annuelle. Pour marquer les étapes importantes dans le développement de leur entreprise. 
  • Plutôt que de les envisager comme un complément de salaire, ça leur permet de motiver les employés en leur donnant un montant de départ, qui va prendre de la valeur avec l’évolution de la société.

 

▶️ La gestion du covid chez Evaneos :

  • C’est grâce aux conseils d’un de leurs investisseurs qu’ils ont pu anticiper la crise. A sa demande, ils avaient créé un plan “step by step” pour s’exercer en s’imaginant comment réagir en cas de fermeture totale du marché.
  • Les investisseurs ont été très compréhensifs et Eric est reconnaissant d’avoir eu leur soutien moral pendant cette période. Il pense avoir eu de la chance de ne pas avoir affronté ces difficultés en tant qu’indépendant,
  • L’impact du covid a été très brutal et assez soudain pour l’entreprise,
  • Du jour au lendemain tout le marché a été à l’arrêt et il a fallu changer de process pour gérer des départs et des annulations,
  • Pour préserver la société, ils ont cherché à baisser les coûts (arrêt de toutes les actions marketing, négociations avec les fournisseurs, aides de l’Etat, départs…).

 

▶️ La gestion des BSPCE des employés lors de leur départ pendant la crise :

  • Beaucoup de salariés ont exercé leurs bons en quittant Evaneos (en particulier ceux qui bénéficiaient de plans plus anciens),
  • Ça a été un véritable critère de satisfaction pour Eric : en démontrant que beaucoup d’entre eux croyaient et croient encore dans le futur d’Evaneos. 

“Exercer signifie aussi vouloir garder un lien avec l’entreprise”

 

▶️ Les fenêtres de liquidité pendant la série D d’Evaneos :

  • En bouclant leur levée, les fondateurs ont trouvé normal que leurs salariés puissent profiter d'une fenêtre de liquidité (surtout ceux présents depuis le début),
  • Ils ont donc demandé à leurs nouveaux investisseurs “d'offrir une liquidité” à leurs anciens salariés, ce qu’ils ont accepté,
  • Très peu de seniors ont accepté, ce qui a démontré aux fondateurs qu’ils croyaient en l’entreprise sur le long terme et ne souhaitaient pas tout vendre à ce moment.

 

▶️ Les conseils d’Eric pour les entrepreneurs qui souhaitent mettre en place des BSPCE dans leur entreprise :

  • Quand on est fondateur, on peut avoir des réactions très fortes de la part des salariés par rapport à l’actionnariat, 
  • C’est un geste important qui doit être accompagné de beaucoup de pédagogie pour que ça devienne un vrai moteur de motivation,
  • Comme c’est un sujet technique, c’est souvent oublié par la suite. Il faut donc renouveler les sessions d'explications régulièrement. En les animant avec les actualités de l’actionnariat de son entreprise et sa valorisation.

Écoutez l'intégralité de l'interview ici.

Articles associés

Abonnez-vous à notre Blog pour recevoir les dernières actualités sur la gestion de votre actionnariat